Ménage de printemps!

Pourquoi je fais ces choses que je n’ai pas envie de faire…

« C’est toujours la même histoire qui recommence.  Comme si le mot « non » n’existait pas dans mon vocabulaire. J’essaie pourtant, mais à chaque fois, je me culpabilise et je finis par céder, d’une manière ou d’une autre… »

Julie est une jeune femme dynamique, intelligente, très appréciée par son entourage. Ce qui ne l’empêche pas de se mettre dans des situations impossibles qui finissent par se retourner contre elle. La raison principale : elle veut faire plaisir à tout le monde !

Julie est, depuis sa tendre enfance, celle qui apporte gentillesse, douceur, écoute. Ses amies l’appellent quand elles ont le cafard. Ses collègues lui demandent conseil. Son chef sait qu’il peut compter sur elle. C’est normal se dit-elle. Comment pourrais-je faire autrement ? Je suis comme ça !

Sauf que peu à peu, Julie s’est épuisée. Elle avait le sentiment d’être envahie, de ne plus rien maîtriser, de subir sa vie pour continuer à faire plaisir aux autres. Elle s’était oubliée.

Les comportements de Julie étaient guidés par ce que l’on appelle un message contraignant , celui du « fais plaisir ».

Ces messages (ou drivers) sont des injonctions qui nous viennent souvent de l’enfance, cette petite voix intérieure, qui nous indique de manière inconsciente comment il faut se comporter pour être aimé par ses parents, par son entourage, bref pour être « quelqu’un de bien ».

 En grandissant, l’enfant se construit avec un ou plusieurs messages qui  vont,  de manière plus ou moins forte, le guider dans ses comportements.

« Sois fort ! », « dépêche toi ! », « »fais des efforts ! » ou encore « sois-parfait » sont des messages contraignants qui continuent d’influencer nos comportements à l’âge adulte.  

Le « fais plaisir » de Julie était particulièrement marqué. Il faisait d’elle une personne aimable, gentille, sociable; Il lui a permis d’avoir une vie relationnelle riche, de se sentir utile, de se sentir importante.

Mais le prix à payer coutait cher !

Il lui a coûté son énergie, sa liberté, sa joie de vivre… beaucoup trop cher.

Ses prises de conscience ont permis à Julie de trouver de nouvelles manières de mieux s’écouter, se respecter, et de faire respecter ses besoins par les autres, tout en restant la copine, la maman, la fille sympa et gentille sur qui on peut compter. Elle a sû garder tous les bénéfices de son « fais plaisir » tout en se débarrassant de ce qui lui causait du tort. En réalité, il ne s’agit pas de se changer radicalement, mais d’assouplir les comportements automatiques qui nous piègent tout en maintenant ceux qui servent nos valeurs et nos besoins. IL s’agit d’apprendre à développer une flexibilité dans nos manières de penser, de ressentir, de nous comporter pour vivre en harmonie avec soi-même et son environnement.

Julie est maintenant totalement libérée des injonctions qui lui pourrissaient la vie et dont elle ne se rendait même plus compte !

Elle se sent légère, libre, authentique avec elle-même mais aussi avec les autres.

Car Julie a appris à  faire respecter ses besoins tout en vivant en harmonie avec les autres.

Le coaching peut permettre d’expérimenter cela en douceur, avec des petits pas. . La psychologie positive et en particulier le programme CARE nous donne des clés importantes pour développer cette flexibilité psychologique qui est définie comme « la capacité d’être conscient de ses pensées et sentiments du moment présent sans que cela empêche de poursuivre ses actions dans la poursuite de ses objectifs et de ses valeurs » (Steven C Hayes). La flexiblité psychologique est ce qui nous permet de choisir nos comportements y compris dans des situations difficiles, pour qu’ils continuent de servir ce qui est important pour nous. Se libérer des comportements automatiques pour choisir des comportements plus adaptés à la situation et à la poursuite de nos objectifs.

Comme un bon petit nettoyage de printemps qui nous permet de trier ce dont nous allons avoir besoin, et ce que nous pouvons mettre au placard; de réintroduire nos besoins et envies personnelles au centre de notre quotidien, et de voir éclore de nouvelles habitudes , plus respectueuses de nous-mêmes et aussi des autres.

Pour connaitre les prochaines dates du programme CARE sur Nîmes ou en visio, contactez moi!

Une réflexion sur « Ménage de printemps! »

  1. Merci pour ce très bel article Christel !!! Tu décris très bien l’origine et le phénomène du « message contraignant »… ça m’apporte de la matière pour sortir des diktats éducatifs et évoluer vers la congruence ! 😘😘😘

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.